Qu’est-ce qui arrive durant un saut quantique


Je suis une jeune fille à l’école, voilà pourquoi je m’excuse au sujet de cette question que je considère absurde : Qu’est-ce qui arrive durant un saut quantique ? Je suppose que l’électron est excité et qu’il saute d’une orbite à l’autre.
Je suis sûre qu’il y a beaucoup d’autres choses à apprendre sur ce sujet là, peut-être pourriez vous me les expliquer.
Qu’est ce qui arrive entre ces deux évènements ? Le savez-vous ? Sinon, qu’elles sont les hypothèses ?
Je suis une amatrice, mais ceci est un sujet beau et fascinant que j’aimerais apprendre.

  1. SMC Quantum Physics dit :

    avril 17, 2016 at 4:56

    Chère Nicole,

    Votre question n’est absolument pas absurde, surtout qu’elle indique de votre part une ouverture d’esprit envers la physique quantique. La réponse est, que de demander « que ce passe-t-il durant un saut quantique » ou différemment « qu’ y a-t-il entre deux état quantiques (comme par exemple des orbites d’électrons) » est tout à fait, comme vous l’avez soupçonné, une question mal posée.
    Cependant, ce sujet ne doit pas être pris à la légère, en fait les meilleurs cerveaux ont eu besoin de beaucoup d’années pour le comprendre.

    Ce fut une idée révolutionnaire de Heisenberg relative au calcul matriciel qui lui a permis de poser le fameux « principe d’incertitude » qui disait qu’on ne pouvait à la fois connaître la position et la vitesse d’une particule.
    Certains physiciens ont été jusqu’à qualifier ce phénomène par le terme de « degré de liberté des particules ».

    Nous allons toutefois essayer de vous faire rêver afin d’éveiller d’avantage votre intérêt à la physique en vous décrivant quelques autres aspects étonnants de la physique qui ont fait l’objet de plusieurs thèses sur notre site.

    Vous savez qu’Einstein avait fait des découvertes à la fin du 19èmme siècle qui l’ont porté à formuler la relativité restreinte en 1905, puis la relativité générale en 1915. Cette dernière fut confirmée par le fameux cosmologue Arthur Eddington, qui a pu observer la courbure de la trajectoire de la lumière lors de son passage à proximité d’un corps massif, (le soleil pendant une éclipse). Cette expérience propulsa Einstein au devant de la scène et le rendit célèbre.

    Mais c’est là où le rêve commence, Einstein fort de ses succès récents, poursuivit ses recherches mathématiques. Force lui fut de constater que ses équations indiquaient que des particules pouvaient rester corrélées même si des centaines de kilomètres les séparaient. Cela impliquait que lorsque une action est faite sur l’une des particules l’autre réagissait au même instant précis, si grande que soit la distance qui les sépare.

    Einstein pensait que cela signifiait que des signaux peuvent être transmis plus rapidement que la lumière, quelque chose inadmissible selon la relativité.

    Il invita donc deux autres physiciens célèbres de son époque, Mr Rosen et Mr Podolsky à une conférence où tout les trois étudièrent ce sujet. A l’issue de leurs concertations, ils émirent une communication restée célèbre sous le nom de paradoxe EPR (E pour Einstein, P pour Podolsky, R pour Rosen) où ils déclarèrent que la physique quantique était fausse et qu’il y avait des variables cachées qui restaient à découvrir pour expliquer ce phénomène.

    Einstein mourut en 1955, et ce n’est que dans les années 70 que John Bell et Alain Aspect firent des expériences pour savoir qui des deux, Einstein ou ses équations, détenaient la vérité.
    A la surprise générale, Einstein avait tort et c’était ses équations qui avaient raison.

    Aujourd’hui, les recherches dans ce domaine ont beaucoup évolués, il apparaît clairement que le phénomène de l’intrication ne viole pas la relativité car, il n’implique pas en fait qu’ un signal (c.a.d de l’information) peut être transmis d’un particule à l’autre plus rapidement que la vitesse de la lumière.

    Pourtant, si deux particules étaient intriquées au sein d’un même atome et qu’une action violente détachait les particules de celui-ci, ces particules resteraient intriquées, et il suffirait de modifier la polarité de l’une, pour qu’au même instant précis, la polarité de l’autre change en même temps.

    Ce comportement étrange était ahurissant à telle enseigne que Feynman a dit « Je peux me risquer à dire que personne ne comprends la mécanique quantique ».

    Aujourd’hui les techniques, ayant évoluées, on peut même procéder à des téléportations instantanées de particules.

    Pour vous faire rêver d’avantage, chère Nicole, je voudrais vous citer une thèse sur notre site, écrite par Roger Penrose et Stuart Hameroff où ces derniers parlaient de l’origine de la conscience dans l’univers.
    Ils ont même évoqué l’existence d’une proto-conscience au niveau des particules élémentaires.

    Nous en avons tiré nous-mêmes quelques conclusions dans nos thèses « Intrication Quantique » et « Energie Noire » sur notre site, que nous vous proposons de consulter. Vous constaterez que beaucoup de questions restent ouvertes, mais en même temps nous ne doutons pas du tout que votre intérêt par rapport à la physique quantique augmentera.
    Samy Maroun

Laisser un commentaire

(5 lignes)

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *